Parfois, on investit du temps, de l’argent et des efforts dans un projet, même si à un moment donné on se rend compte que cela ne sert à rien. Mais on n’arrive pas à lâcher l’affaire. C’est le pièges des coûts irrécupérables. C’est un biais cognitif et il y en a plein d’autres. Voyons ensemble quelques exemples fascinants.

Références :

http://www.psychomedia.qc.ca/psychologie/biais-cognitifs

https://asana.com/fr/resources/sunk-cost-fallacy

https://fr.wikipedia.org/wiki/Co%C3%BBt_irr%C3%A9cup%C3%A9rable

https://tcc.apprendre-la-psychologie.fr/biais-cognitifs.html

***

Partage l’émission :

Aide d’autres personnes à écouter Puissante Panoplie sur leur plateforme de podcast/streaming favorite en partageant ce lien : {{d-show-listen-link}}

Abonne-toi à ma newsletter :

Dès que je publie un nouvel épisode de mon « studio » Puissant Bazar, je t’envoie un message pour te prévenir et partager avec toi mes réflexions autour du sujet de l’épisode du jour. Rassure-toi, c’est court et gratuit. Abonne-toi en suivant ce lien : panoplie.xyz/ecoute

Retrouve-moi ailleurs :

  • Email : laurent@puissantbazar.ch
  • Twitter : {{profil-twitter}}
  • Instagram : {{profil-instagram-puissant-bazar}}
Transcript

Hello, c'est Laurent et je suis tombé dans un piège. Pourquoi ? Comment ? Et surtout quel piège ?

Cette mésaventure m'est arrivée et risque de m'arriver encore plusieurs fois car je suis biaisé. Je suis biaisé car je suis humain. J'aimerais pouvoir me dire que je suis toujours rationnel et objectif. Et surtout que je prends les bonnes décisions, sans être influencé par des facteurs extérieurs. Evidemment c'est faux. Et je suis tombé dans le piège des coûts irrécupérables. Ce piège fait partie de ce qu'on appelle les biais cognitifs. Cela peut paraître compliqué, mais c'est passionnant car cela permet d'expliquer et de comprendre nos comportements irrationnels.

Bienvenue dans Puissante Panoplie, l'émission qui explore les instruments pour naviguer sereinement dans les océans numériques.

Avant de t'expliquer ce qu'un biais cognitif, j'aimerais te rappeler que notre cerveau n'a jamais eu de mise à jour. C'est toujours le même modèle, depuis la nuit des temps. Et c'est un paresseux. Il va tout faire pour économiser de l'énergie car il est programmé pour assurer notre survie. Alors dans la pratique, il ne va pas spontanément faire l'effort d'analyser en profondeur chaque situation. Dans son mode de fonctionnement, il n'est pas objectif, il est biaisé. Il va prendre des raccourcis. Pour le meilleur et pour le pire. Si tu fais face à un ours sauvage, tu devras agir vite car il y a un danger mortel. Dans la vie moderne, tu risques rarement ta peau, mais ton cerveau fonctionne toujours à l'ancienne.

Après nous sommes biaisé pour plein d'autres raisons. On l'a vu, c'est parfois par manque de temps ou d'énergie. Ou d'intérêt. Il arrive aussi qu'on ait tout simplement pas les capacités intellectuelles pour appréhender une situation complexe.

Beaucoup de dissonances cognitives s'expliquent aussi par des facteurs émotionnels ou moraux.

Tout cela est un peu brumeux ? Alors explorons quelques exemples.

Un grand classique est le biais de confirmation. On a un certain nombre de croyances et on a tendance à ne chercher et à ne prendre en considération que les informations qui confirment ce qu'on croit savoir. Surtout on va écarter et discréditer celles qui ne vont pas dans notre sens. Quel est ton avis sur la vaccination ? Quel que soit ton avis, tu vas faire le tri dans les articles que tu vas lire et tu vas retenir les éléments qui vont dans le sens de tes croyances.

Je continue avec le biais de la disponibilité de mémoire. Pour porter un jugement, on va naturellement piocher dans des souvenirs et des événements récents ou facilement disponibles. Imagine qu'une catastrophe aérienne vient de se produire. Je te demande ensuite si l'avion est un moyen de transport plus sûr que la voiture. Tu vas évidemment me dire que ce n'est pas le cas. Pourtant, statistiquement, l'avion est beaucoup moins mortel que la voiture.

J'enchaîne avec l'un de mes préférés l'effet Dunning-Kruger. En gros, les personnes les moins compétentes vont avoir tendance à surestimer leurs compétences. Dès qu'elles auront acquis quelques connaissances, elles vont se voir meilleures qu'elles ne le sont vraiment. A l'inverse, celles qui possèdent des connaissances étendues vont être beaucoup moins sûres d'elles-mêmes. Oui, plus on en sait, plus on doute.

Il y aussi l'effet de halo. Celui-ci se produit quand la perception d'une personne ou d'un groupe est influencée par l'opinion que l'on a déjà pour l'une de ses caractéristiques. Si on trouve une personne attirante, on va plus facilement la trouver intelligente et digne de confiance.

Bien sûr la liste des dissonances cognitives est très longue alors je vais fermer la boucle en revenant sur le piège des coûts irrécupérables. Quand on a investi beaucoup de ressources dans un projet, on a une peine énorme à l'abandonner, même s'il n'est pas viable. Le cas d'école est le Concorde. Cet avion supersonique a coûté des milliards aux gouvernements britannique et français. Dès le début, ses promoteurs savaient que le projet n'était pas rentable, que c'était une folie. Et ils se sont entêtés durant des années. Peut-être par attrait du prestige, mais principalement parce qu'après tant de moyens investis, ils ne pouvaient pas s'imaginer tout arrêter.

Et moi, à mon niveau mon concorde c'est mon préamplificateur vintage. J'ai investi du temps dans les recherches et de l'argent pour le faire réviser et réparer. Pourtant à chaque fois que j'essaie de l'utiliser, je m'énerve. Je cherche tous les réglages possibles, je change les câblages, je teste différentes configurations et je n'arrive pas à le faire sonner juste. Il y a trop de bruit de fond, il n'y a pas assez de volume. J'ai envie de dire qu'il y a trop de friction avec cet appareil. L'employer est une corvée alors que cela devrait être un plaisir. Alors malgré tous les espoirs, les attentes et les investissements que j'ai placé dans ce préampli, je vais probablement le revendre. Il me prend littéralement la tête et cela ne vaut pas la peine. Même s'il est encore à côté de mon bureau, j'ai remarqué que dès que j'avais pris la décision de m'en séparer eh bien je me suis senti mieux et plus léger.

Et toi, quel est ton Concorde, ton projet ou ta possession insensés que tu n'arrives pas à lâcher par que tu t'es déjà trop investie ?

Ainsi s'achève cette première incursion dans l'univers fantastique des dissonances cognitives. Et je vais peut-être y revenir dans un prochain épisode.

Merci de m'avoir écouté ! Cet épisode a été écrit et réalisé par Puissant Bazar, donc moi, Laurent. Si tu as des questions ou des remarques, envoie-moi un mail à laurent@puissantbazar.ch

Je reviens jeudi dans deux semaines. D'ici là, prends soin de toi et à tout bientôt.