Souvent, on sait ce qu’on veut acheter, mais on ne sait pas choisir. Comment faire pour accélérer le processus et ne pas se prendre la tête ? Comment acheter en particulier un outil professionnel ?

Transcription complète :

Hello, c’est Laurent. 

L’autre jour, je me suis retrouvé dans un immense magasin de bricolage. Je cherchais une charnière pour réparer une armoire. Perplexe, je regardais les kilomètres de rayon (j’exagère un peu) et je n’arrivais pas à faire mon choix. Quelle taille ? Quelle grandeur ? Quelle couleur ? 

C’est pas un peu cher pour ce que c’est ?!

Oui, trop de choix, trop d’options, ça encombre l’esprit. C’est comme avoir des dizaines de canaris en train de virvolter dans sa tête. Ca prend de l’espace, ça fait du bruit et ça empêche de travailler.

Alors, comment faire pour acheter sans se prendre la tête ? 

Bienvenue dans Puissante Panoplie, l’émission qui fait le ménage dans ta tête pour que tu puisses te concentrer sur la création

Aujourd’hui, je te présente un guide d’achat particulier. Je ne vais pas te dire QUE acheter, mais plutôt COMMENT acheter. Régulièrement, il est nécessaire d’acquérir de nouveaux outils, que ce soit des objets physiques ou des applications numériques. Je vais te proposer un processus que tu peux utiliser et réutiliser pour acheter efficacement et rapidement. Celui-ci est basé sur 4 questions essentielles et une question bonus. Finalement, je vais aussi te montrer comment tu pourras appliquer l’une de ces questions dans un autre contexte.

Ok, il te faut un nouvel outil pour ton travail. La première question à te poser est :

  • Ai-je vraiment besoin de cet outil ?
Il doit te permettre d’écomiser du temps ou de l’argent. Il doit te faciliter la vie, réduire ta fatigue ou ton stress. C’est banal, mais en posant cette question et en prenant le temps d’y réfléchir, j’ai évité beaucoup d’achats inutiles.

La deuxième question est :

  • Quand vais-je utiliser cet outil ?
Ah, là ça devient intéressant ! Ma régle est : je dois avoir besoin de cet outil aujourd’hui voire demain. Non pas littéralement demain, mais à très court terme. C’est un moyen de simplifier ma réflexion. Toi, je ne sais pas mais moi je suis très mauvais pour prédire l’avenir et deviner de quoi j’aurai besoin dans un futur relativement lointain. Alors, achète un outil dont tu auras besoin très prochainement. Si tu anticipes trop ou si tu achètes juste « au cas où » parce que tu « pourrais » en avoir besoin, tu risques de te retrouver avec un outil inutile. Ou pire, tu vas te lancer dans une activité juste parce que tu as déjà un outil et non parce que tu en as réellement envie. 

La troisième question est : 

  • Qu’est-ce qui justifie le prix de cet outil ? ou dans d’autres termes : Combien suis-je prêt à mettre pour cet outil ?
Là, on n’est pas en train d’acheter un article commun comme du sel de cuisine et ça ne sert à rien d’économiser. Ma règle de base est : j’évite d’acheter au premier prix, dans l’entrée de gamme. Tôt ou tard, le bon marché finit par coûter cher car il faudra racheter un article qui s’est cassé, qui est mal conçu ou qui énerve.

Après tout, tu vas acheter un outil professionnel. Par définition, c’est un article qui va te permettre de gagner ta vie. Tu veux un outil fiable qui ne te freine pas dans ton travail. Il doit être tellement simple qu’il se fait oublier. Il est au service de tes créations.

Alors, vise au moins le milieu de gamme voire même plus haut si tu peux le justifier. Parfois, on veut le top et ça n’amène pas grand-chose de plus. Par exemple, imagine que j’ai besoin d’un objectif photo à 800.-. Si j’investis trois à quatre fois plus pour avoir le nec plus ultra, est-ce que cet objectif sera trois à quatre fois meilleur ? Non, il sera meilleur, mais probablement pas au point de justifier l’écart de prix. L’essentiel est de passer le premier palier de qualité afin d’éviter le bon marché. Au-delà, on peut tomber dans le déraisonnable et l’irrationnel. Pour un hobby pourquoi pas. J’ai bien quatre paires de ski… Est-ce justifié ? Non, pas vraiment, mais ça me fait plaisir.

Ce qui m’amène à la quatrième question et ça va un peu embrouiller les choses donc accroche-toi. La dernière question est :

  • Est-ce que je vais prendre plaisir à utiliser cet outil ?
Oui, ça reste un outil, mais ça ne doit pas être une corvée de l’utiliser. Dès que tu as l’outil en mains ou que tu commencer à l’employer, tu doit ressentir de la satisfaction. Parce qu’il est beau, parce qu’il est bien conçu ou tout simplement parce que ça marche.

Finalement, la question bonus est :

  • Cet outil correspond-il à mes valeurs ?
Acheter un certain outil n’est pas un choix moral, mais s’il est en accord avec tes valeurs, tu te sentiras encore mieux. Tu peux te dire que tu achètes principalement local, ou que tu apprécies un outil construit, assemblé et contrôlé à la main. Ou encore que tu exiges que le fabricant respecte les conditions de travail de ses employés. Bref, tu sais qui tu es et ce qui compte pour toi. Et ce sera un filtre de plus que tu pourras appliquer quand tu feras ta sélection. 

Finalement, ma question favorite est le « quand acheter » car on peut l’employer pour tout autre chose : Au moment où tu veux apprendre une nouvelle compétence dans un cadre informel.

Donc… quand apprendre ? Juste au bon moment, juste avant d’en avoir besoin. Quand tu vas bientôt te lancer dans un nouveau projet. Ainsi tu pourras apprendre en mettant directement en pratique, en faisant les gestes. Il n’y a pas que la tête qui a de la mémoire. Tout ton corps apprends en faisant. Evidemment, si la compétence est complexe, tu dois t’y prendre suffisamment à l’avance. Et ça ne s’applique pas aux tests et divers examens. Ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit. Je ne t’ai pas donné une excuse pour procrastiner ! Mais bon, encore une fois, ce sera pour un autre épisode.

Allez, je résume les quatre questions + la question bonus :

  • As-tu besoin de cet outil ? Regarde-toi en face : en as-tu vraiment besoin ?
  • Quand vas-tu utiliser cet outil ? Aujourd’hui, ou au plus tard demain ?
  • Pourquoi coûte-il ce prix ? Dans le doute, vise au moins le milieu de gamme.
  • Est-ce que tu vas prendre plaisir à utiliser cet outil ? Travailler avec le sourire, c’est mieux !
  • Et finalement, cet outil correspond-il à tes valeurs ? Tu sais qui tu es, alors achète en conséquence !
Tu as maintenant un nouvel outil dans ta panoplie, mais rappelle-toi que ce n’est qu’un outil, l’essentiel c’est ce que tu vas en faire.

  • Merci de m’avoir écouté ! Cet épisode a été écrit et réalisé par Puissant Bazar, donc moi, Laurent. Si tu as des questions ou des remarques, envoie-moi un mail à laurent@puissantbazar.ch
  • Je reviens jeudi dans deux semaines. D’ici là, prends soin de toi et à tout bientôt.