Il y a de simples achats où l’on achète une commodité. Il y en a d’autres où l’on achète plus qu’un objet. On acquière une histoire, une partie de son histoire.

***

Partage l’émission :

Aide d’autres personnes à écouter Puissante Panoplie sur leur plateforme de podcast/streaming favorite en partageant ce lien : {{d-show-listen-link}}

Abonne-toi à ma newsletter :

Dès que je publie un nouvel épisode de mon « studio » Puissant Bazar, je t’envoie un message pour te prévenir et partager avec toi mes réflexions autour du sujet de l’épisode du jour. Rassure-toi, c’est court et gratuit. Abonne-toi en suivant ce lien : panoplie.xyz/ecoute

Retrouve-moi ailleurs :

  • Email : laurent@puissantbazar.ch
  • Twitter : {{profil-twitter}}
  • Instagram : {{profil-instagram-puissant-bazar}}
Transcript

Hello, c'est Laurent et je ne sais pas exactement ce que j'achète. Je sais que je suis à la recherche d'une nouvelle voiture. Le but paraît évident, je veux acquérir un moyen de transport. Mais est-ce que je vais acheter bien plus que cela ? Parce qu'il y a des achats anodins où l'on achète une commodité ou un moyen de résoudre un problème. Parfois, la frontière est floue. Acheter du sel de cuisine n'est pas tout à fait la même chose que d'acheter du sel de l'Himalaya.

Bienvenue dans Puissante Panoplie, l'émission qui explore les instruments pour naviguer sereinement dans les océans numériques.

Cet ultime épisode de la saison 3 n'est pas un guide d'achat des meilleures voitures d'occasion. Mes observations et l'expérience que je partage s'appliquent à n'importe quel achat d'importance. As-tu parfois le sentiment de minimiser un achat ? Sans en avoir pleinement conscience, on a tendance à se mentir sur les véritables motivations derrière un achat.

Ma voiture actuelle commence à montrer des signes de fatigue. Elle ne réagit pas normalement. Elle a peine à accélérer. Son moteur produit des bruits bizarres. Je dois lui trouver une remplaçante. Et cela très prochainement pour ne pas me retrouver en panne. Il y a une notion d'obligation et d'urgence. Le plaisir passe au second plan. De plus, je n'aime pas spécialement conduire. Je ne pilote pas une voiture, je me déplace sans me poser de questions.

Je discute avec un premier ami et sur ses conseils, je note une première liste de critères : je cherche une voiture d'occasion pas trop vieille. Suffisamment puissante, mais tout de même économique. Donc plutôt de petite taille, mais aussi confortable et fiable. La couleur ? Peu importe tant que ce n'est pas trop extrême. Et là, je nage en plein compromis.

Je parle ensuite avec un autre ami. Et il me dit : "Ne t'embête pas avec une boîte manuelle ! Par contre, prends assez puissant. Pour la sécurité c'est mieux." Ok, va pour une automatique, un peu plus puissante que ce je visais en premier. Je voudrais quand même un véhicule plus nerveux que ce j'ai maintenant.

Après, j'en parle à mes parents. Oui, la couleur ça ne change rien. Mais c'est vrai que le noir ou le rouge, ce n'est pas très beau. Bon là, c'est un choix personnel. Je n'ai rien contre le noir, mais en même temps j'aimerais changer.

Plus je ressers mes critères et plus je m'éloigne du simple moyen de transport. Je réalise que j'ai besoin de plus. Pas forcément d'acheter un modèle plus cher, mais faire un achat qui a plus de sens pour moi. Cette nouvelle voiture représente un marqueur dans le temps. Un signe tangible d'un nouveau départ. Après tout, je tourne une nouvelle page de ma vie.

Alors j'achète une histoire. Je montre mon statut de futur célibataire qui s'assume sans en faire des tonnes pour impressionner. Je veux prendre du plaisir, tout en restant responsable. Je veux changer de marque et de couleur pour rompre avec le passé. Je veux un véhicule qui me ressemble et qui convient à mon style de conduite.

Tu sais, j'ai souvent l'habitude de dire qu'on ressemble à sa voiture. Mais parfois on n'a pas pu choisir ce qu'on conduit. Par contre, on conduit tel qu'on est réellement, sans filtre, sans public. Sa voiture, c'est son chez-soi et on fait ce qu'on veut. Et certaines personnes se lâchent et laissent sortir leurs instincts les plus primitifs. J'observe les gens conduire et parfois je peux presque ressentir leur politesse ou leur bienveillance, mais aussi leur frustration, leur stress ou leur impatience. La voiture agit comme une caisse de résonance qui amplifie ce que nous sommes à l'intérieur de nous-mêmes.

Et cela me donne l'occasion d'ouvrir une courte parenthèse. Un jour, j'étais coincé dans le trafic et au loin derrière moi, j'entends de furieux coups de klaxon. Un fou cherchait à se frayait un chemin à travers cette dense forêts de véhicules. Je n'ai pas eu à lui céder le passage, mais j'étais en train de me dire que s'il était derrière moi, je le ferai poireauter. Ca lui apprendra la politesse et la patience. Tout à coup, je me suis aperçu que j'étais à proximité d'un hôpital... Et si c'était une urgence ? Si une femme était sur le point d'accoucher ? Ceci pour dire que premièrement, il faudrait souvent donner le bénéfice du doute aux autres. Secondement, ma théorie sur la corrélation entre le style de conduite et le caractère d'une personne s'effondre quelque peu.

Chaque achat implique des compromis, même si on a acheté le modèle le plus cher. Je t'avoue que je suis intrigué par les personnes qui conduisent une voiture de sport. De l'extérieur, c'est le rêve, mais de l'intérieur ça doit être l'enfer au quotidien. N'est-ce pas une tension permanente que de conduire un véhicule aussi coûteux, avec la peur de l'abîmer ? N'est-ce pas une frustration de ne jam+ais pouvoir exploiter à fond le potentiel de cet engin ? Je crois que ma future et modeste voiture ne me décevra pas car les espoirs et les attentes que je place en elle sont également modestes...

Au fil des saisons et des épisodes de Puissante Panoplie, je me suis souvent contredit. J'ai eu à coeur de promouvoir la simplicité pour moins se prendre la tête. En même temps, je voudrais t'encourager à prendre plus conscience de tes actes, à aller au-delà de l'évidence, à tenter de comprendre pourquoi tu effectues certains choix. Le thème des achats est revenu à plusieurs reprises car je suis dans cette problématique. Dans ma vie, je me situe à un point de bascule où je réalise que j'achète la personne que j'aspire à devenir. J'achète en fonction de mes croyances et de mes valeurs. J'achète en fonction de l'histoire que je veux raconter et que je veux transmettre. Le fait de t'en parler influence mes choix. J'ai une responsabilité. Tu as une responsabilité : celle de vivre pleinement, sans enclencher en permanence le pilote automatique.

Merci de m'avoir écouté tout au long de cette saison chaotique. Je vais à présent faire une très longue pause pour mettre en route mon nouveau podcast. C'est un beau projet que j'ai gardé trop longtemps dans les cartons et je veux enfin lui accorder le temps et l'attention qu'il mérite.

janvier:

Cet épisode a été écrit et réalisé par Puissant Bazar, donc moi, Laurent. Si tu as des questions ou des remarques, envoie-moi un mail à laurent@puissantbazar.ch

Allez, prends soin de toi et à tout bientôt.