Acheter peut prendre tellement de temps et je viens d’en faire l’amère expérience. Je vais te raconter tout cela pour que tu ne fasses pas les même erreurs.

***

Partage l’émission :

Aide d’autres personnes à écouter Puissante Panoplie sur leur plateforme de podcast/streaming favorite en partageant ce lien : {{d-show-listen-link}}

Abonne-toi à ma newsletter :

Dès que je publie un nouvel épisode de mon « studio » Puissant Bazar, je t’envoie un message pour te prévenir et partager avec toi mes réflexions autour du sujet de l’épisode du jour. Rassure-toi, c’est court et gratuit. Abonne-toi en suivant ce lien : https://panoplie.xyz/ecoute

Retrouve-moi ailleurs :

  • Email : laurent@puissantbazar.ch
  • Twitter : {{profil-twitter}}
  • Instagram : {{profil-instagram-puissant-bazar}}
Transcript

Hello, c'est Laurent et j'ai perdu beaucoup de temps. Et toi tu dois te demander ce qui m'est arrivé pour que je disparaisse sans rien dire durant plusieurs semaines. Eh bien, j'étais en vacances. C'est tout ? Non, l'explication est beaucoup plus longue et complexe, à tel point que je vais devoir raconter une partie ici dans Puissante Panoplie et une autre partie dans Puissant Chantier.

Avant de me lancer dans cette sinueuse explication, j'aimerais te prévenir que Puissante Panoplie va progressivement changer. Mon souhait est que ce podcast colle au plus proche de ma réalité et de mon quotidien. Je n'ai pas envie de faire uniquement un tutoriel audio. Je ne veux pas être trop rigide dans la structure, je me donne plus de marge de manoeuvre tout en essayant de rester organisé. C'est flou pour toi ? Oui, dans ma tête ce n'est pas non plus très clair. Je me lance et tu comprendras.

Bienvenue dans Puissante Panoplie, l'émission qui explore les instruments pour naviguer sereinement dans les océans numériques.

J'aimerais pouvoir te dire que je suis parti loin dans un pays exotique et surtout avec l'esprit léger. Mais c'est tout le contraire. Je suis resté en Suisse et je n'ai pas réussi à me libérer la tête. Et qu'est-ce qu'il y avait dans ma tête ? Encore une question de matériel. Et quand je fais une fixation sur du matériel, c'est que quelque chose ne tourne pas rond, mais je laisse cette facette du problème pour mon autre podcast.

Sans entrer dans les détails techniques, je suis parti à la recherche d'un préamplificateur micro. Pour simplifier à l'extrême, c'est un appareil qui permet d'améliorer le volume et la qualité du son lors de l'enregistrement d'un instrument ou dans mon cas, d'une voix. En soi, ce n'est pas très intéressant pour toi, mais tu pourras certainement l'appliquer à ta situation.

En effet, comme je ne possède pas des moyens illimités, je me suis vite tourné vers le marché de l'occasion et là ça devient vite la jungle. Une jungle dans laquelle je me suis perdu. J'ai perdu beaucoup de temps, un peu d'argent et j'ai complètement saturé mon esprit au point d'oublier ce qui compte vraiment. Alors je vais te raconter ce que j'ai fait juste et surtout toutes les erreurs que j'ai commises dans cette folle aventure pour que tu puisses faire mieux que moi !

Avant ou après avoir écouté cet épisode, je te recommande de revisiter en complément l'épisode 3 de la saison 1 que j'avais appelé "Acheter un outil sans se prendre la tête."

Ce que j'ai douloureusement appris, c'est la patience. Enfin, ce n'est jamais acquis. Petit à petit, j'intègre cette notion et je tente de l'appliquer. Dans la situation qui nous intéresse, il y a eu plusieurs phases : j'ai d'abord eu connaissances de cet appareil qui s'appelle un préamplificateur, j'ai fait quelques recherches pour comprendre à quel point il me serait utile et j'ai décidé du modèle que je devrais acheter. Et c'est à ce moment que j'ai commis ma première erreur. J'ai acheté trop tôt. Quand on croit qu'on est prêt à acheter, on devrait se donner un ou deux jours pour confirmer la validité de ce choix.

Parfois par hasard, parfois par choix, je n'ai pas pu faire mon achat tout de suite et souvent ça m'a sauvé.

Pour mon préamplificateur, j'ai agis de manière impulsive et j'ai acheté pour pas cher un appareil d'occasion. Il n'était pas de très bonne qualité et je l'ai rapidement revendu, à perte... Au moins, j'ai vite reconnu que j'avais fait une erreur et j'ai tourné la page.

Cela m'amène naturellement au deuxième point. Le matériel bon marché est toujours trop cher. Un appareil de mauvaise qualité va durer moins longtemps. Il sera éventuellement moins bien conçu donc il sera plus difficile à faire fonctionner et à faire réparer. Comme il va durer moins longtemps, il faudra le changer et la facture finale aura au moins doublé.

Dans mon cas, j'ai acquis ensuite un préamplificateur de meilleure qualité, mais toujours de l'occasion. J'ai craqué sur un magnifique exemplaire d'une marque anglaise à la réputation flatteuse. L'appareil aurait une construction solide et un son sublime. Pour le premier point, cela semble être le cas, pour le second, je ne sais pas car je n'ai pas encore osé l'essayer. C'est une pièce un peu vintage qui a au moins 15 ans d'âge. Par précaution, je l'ai amené dans un magasin de musique pour le faire réviser et je sais déjà qu'il faudra changer au moins une pièce. Est-ce que cela valait la peine ? Aucune idée. Je le saurai lorsque j'aurais enfin pu essayer mon préamplificateur. En revanche, je sais que je n'ai pas été très rationnel. J'ai pris un risque en achetant un peu ancien. Peut-être que j'aurais dû acheter du neuf. Au moins, j'aurais eu moins de surprises... Et j'ai surtout envie de te dire qu'il n'y a pas d'occasion unique. Il y aura presque toujours une autre solution, une alternative, un modèle différent. Si tu prends un peu de recul, tu réaliseras que tu n'es pas obligé d'acheter exactement cet article, même si c'est une série limitée, même si ça n'est plus en production, même si c'est le plus beau que tu n'aies jamais vu !

Tu vois, on bascule rapidement dans le domaine de l'irrationnel et surtout on perd la notion de besoin. Quel était mon but initial ? Est-ce que c'est de pouvoir frimer sur les réseaux sociaux ou est-ce que cela résout efficacement un problème ? Parfois, la limite est ténue.

En parlant de limite, j'aimerais encore aborder la loi des rendements décroissants. Attends, ne pars pas ce n'est pas si compliqué. Surtout que je vais grossièrement simplifier cette notion qui nous vient du domaine de l'économie. Cette loi met en relation les moyens qu'on investit avec les résultats qu'on obtient.

Si on met peu d'argent pour acheter un article, on aura probablement quelque chose de mauvaise qualité.

Si on met deux fois plus d'argent, on obtiendra peut-être un produit de très bonne qualité.

Forcément, plus on met de moyens et plus la qualité augmentera.

Cependant, la qualité n'augmentera pas de manière proportionnelle. Le fait de rajouter une énorme somme d'argent, augmentera à peine la qualité car celle-ci sera déjà tellement élevée.

Si je reviens à mon fameux appareil, mon préamplificateur, cela fait sens de mettre quelques centaines de francs car la différence sera largement perceptible. Par contre, si je me paie un appareil trois ou quatre fois plus cher, l'augmentation de la qualité ne sera pas flagrante. En tout cas pas à mes plus très jeunes oreilles de novice dans le domaine de l'audio. Et sans vouloir te faire offense, je ne suis pas sûr que tu écoutes ce podcast avec du matériel de haute qualité. Et c'est normal. Ton but est d'apprendre, de te divertir et de sortir quelques minutes hors du quotidien. Tu n'es pas là pour t'extasier devant la qualité sonore de mon travail...

Oui, j'aime les beaux outils et tu apprécies les belles choses, mais gardons toujours en tête ce que nous cherchons à accomplir avec ce nouvel achat. Et le but peut aussi être, tout simplement, de se faire plaisir.

Merci de m'avoir écouté ! Cet épisode a été écrit et réalisé par Puissant Bazar, donc moi, Laurent. Si tu as des questions ou des remarques, envoie-moi un mail à laurent@puissantbazar.ch

Cette fois, je reviens vraiment jeudi dans deux semaines. Merci pour ta compréhension, ta patience et ton soutien. D'ici là, prends soin de toi et à tout bientôt.