« J’apprends dans le désordre. Parfois je m’égare et je perds de vue mon but car je me suis engagé trop loin dans ce que j’appelle une forêt d’ifs. Une forêt de « si ». Une forêt d’idées et de possibilités. Et là, il est temps de sortir la boussole afin de pouvoir me tourner vers le nord : la simplicité. »

Transcript

Depuis plusieurs mois, je me bats contre des interférences, des parasites et des perturbations. Tends l'oreille, tu les entends ? Ce sont comme des moustiques qui tourbillonnent autour de mes oreilles alors que je recherche le calme. Je ne sais pas d'où vient ce bruit. Ca me gâche mes enregistrements. Comme si je n'étais pas déjà assez en retard. Ca me rend fou. Je me dis que le plus simple est encore de continuer à travailler et de m'occuper l'esprit. Peut-être que c'est comme un mal de tête, on n'y pense plus pendant un moment et tout à coup on s'aperçoit qu'il est parti. Allez, je me remets au travail...

Je vais mieux. Je te le dis pour te rassurer. Etre artiste, ce n'est pas un combat permanent. C'est une aventure, avec parfois le sentiment de se noyer dans l'obscurité, et d'autres moments où l'on écarte les bras pour se baigner dans la lumière. Etre dans la création ce n'est pas une malédiction. A moins que tu veuilles voir les choses sous cet angle. Tu as le pouvoir de choisir où tu veux amener ton travail. Dans l'ombre ou la lumière.

Dans ce podcast, je défends un art concret et accessible. Pourtant, j'ai tendance à compliquer les choses. Sans m'en rendre compte car j'aime explorer et cumuler les connaissances. J'apprends dans le désordre. Parfois je m'égare et je perds de vue mon but car je me suis engagé trop loin dans ce que j'appelle une forêt d'ifs. Une forêt de "si". Une forêt d'idées et de possibilités. Et là, il est temps de sortir la boussole afin de pouvoir me tourner vers le nord : la simplicité.

Je m'appelle Laurent et tu plonges dans Puissant Chantier. Mon témoignage en léger différé. En temps irréel. Je te fais découvrir la complexité de l'expérience créative. Un lieu où je dois régulièrement faire de la place pour pouvoir avancer. A chaque projet, je devrais tendre vers la légèreté, la simplicité. Si c'est nécessaire, si cela apporte un vrai plus, si cela ne m'encombre pas, je peux m'autoriser à ajouter une fine couche de complexité, par petites touches. Comme un peintre qui ajoute une subtile nuance de couleur et prend du recul pour observer l'ensemble.

Faisons à présent quelques pas dans la réalité. Je suis toujours en train de réfléchir et de planifier les interviews pour mon futur podcast et ce n'est que maintenant que je sors de mon obsession pour le matériel et le son parfait. C'est comme si je voulais me construire un studio mobile dans une grande malle. Mais t'imagine ? Je viens pour faire un entretien avec toi et je débarque dans ta maison avec une énorme valise contenant plusieurs appareils. Sans compter les micros, les pieds de micro et une forêt de câbles. Comme dans les horoscopes, j'ai envie de dire la phrase : Est-ce bien raisonnable ? Bien sûr que non. C'est surtout inutile. Ce n'est pas mon métier. Je ne suis pas producteur de musique. Il n'y a aucune raison que j'aille aussi loin dans la production. Je fais des podcasts. J'arrive à reconnaître une bonne qualité sonore, mais je n'arrive pas à saisir toutes les nuances d'une production musicale professionnelle. Je n'ai ni l'oreille ni le matériel qui me permettent d'apprécier ce niveau d'excellence. Je touche à mes limites et ce n'est pas dans ce domaine que j'ai besoin de me dépasser. Et pour toi qui m'écoute, ce n'est probablement pas ce qui t'importe le plus. Je m'assure de proposer une très bonne qualité sonore, mais ce qui compte c'est ce que je dis, et ce que mes invitées vont partager. Mon job, c'est d'être à l'écoute et de mettre à l'aise les personnes qui acceptent de me donner de leur temps.

Dans l'épisode 5, j'ai partagé avec toi quelques valeurs. Là, je voudrais ajouter à cette liste la simplicité. Je suis un gars pas toujours facile à comprendre et à suivre car mon esprit peut partir dans tous les sens. Malgré tout, je cherche souvent à tendre vers la simplicité. La vie est déjà suffisamment compliquée et lorsque je dois prendre une décision, je mets dans la balance la réflexion suivante : A quoi ça ressemblerait si c'était facile ?

nial, c'est qu'aujourd'hui en:

Plus généralement, mon chantier du moment, c'est justement apprendre à entrer dans la lumière. Littéralement. Je fais entendre ma voix, ce qui est un excellent début. Et pour établir un lien encore plus fort entre toi et moi, je dois montrer mon visage. Pour que j'entre un peu plus dans la réalité. Tu vas être un peu déçue quand tu verras mon image car il y aura un décalage entre l'image mentale que tu as de moi et la réalité. Dans ton esprit, je n'ai pas le physique de ma voix. D'ailleurs, il m'est arrivé d'écouter des podcasts pendant longtemps sans connaître la tête de la personne. Quand je vois enfin son visage, mon cerveau a de la peine à réconcilier l'image mentale avec l'image réelle car j'ai développé un profond attachement à ce portrait imaginaire. Bon, je m'égare.

Tout cela pour t'annoncer que je compte mettre ma tête sur la couverture de mes podcasts. Dès le premier coup d'oeil, je tente de créer un lien de confiance avec une personne potentiellement intéressée par mon travail. Je vais aussi me faire violence pour sortir quelques courtes vidéos où je vais me filmer. Juste quelques minutes. Le temps de t'expliquer une idée ou simplement de te partager mon actualité. Avec un rythme de publication plus élevé. Tu te rappelles de Poussin Bleu, mon projet de mini podcast ? Eh bien, c'est un peu ça, mais en vidéo avec un matériel simple et léger : mon smartphone, un petit micro et moi. Et presque pas de montage. Ce sera aussi une manière d'échanger avec toi. Ce sera sur les réseaux sociaux. Tu pourras ainsi me laisser des commentaires.

Je t'en parle ici pour m'engager à le faire. Une fois de plus j'ai peur. Je suis plutôt de nature introvertie et j'appris à oublier ponctuellement cette part de moi lorsque c'est nécessaire. Et là, il y a urgence. Pour faire connaître mon travail, pour franchir un nouveau palier et entrer dans la lumière.

C'était Puissant Chantier, une émission écrite et réalisée par Puissant Bazar, donc pour l'instant c'est que moi, Laurent. Mais j'espère qu'un jour, il y aura d'autres personnes, des collaborations et des échanges.

Je te donne rendez-vous dans plus ou moins un mois pour la suite de mes aventures dans le monde merveilleux de la création.

Si tu penses que ce podcast pourrait aider une autre personne, partage avec elle cet épisode.

Merci d'être là et d'être toi. Prends soin de toi et à tout bientôt.